Mon hommage à Jacques Chirac

Concis

Le blog d'Arnaud de Brienne

Inutile de perdre un temps précieux à rédiger quoi que ce soit pour saluer le non évènement dont se repait la presse depuis plusieurs jours. L’avis suivant glané sur internet a le mérite de la concision et de la sobriété. Il en dit cependant suffisamment.

« Jacques Chirac est mort. Cela arrive à tout le monde, un jour ou l’autre.   Cinq mots peuvent résumer cet homme et sa longue carrière : mensonge, imposture, supercherie, cynisme et immobilisme.  

Non, Chirac n’était pas « sympa ». C’était un tueur politique rusé et malfaisant qui porte une lourde responsabilité dans la décadence de la France. »

Voilà, c’est suffisant : exit Chirac !

Voir l’article original

Face aux Gilets jaunes, la macronie envoie l’armée !

Voilà qui nous réconcilie avec la police

Syndicat France Police - Policiers en colère

French soldiers patrol in front of the Arc de Triomphe on the Champs Elysees avenue in Paris, France

Incroyable ! L’opération Sentinelle exclusivement dédiée à la lutte anti-terroriste va être détournée de sa mission pour remplacer les CRS à la garde des lieux de pouvoir et des bâtiments officiels le samedi.

Le déploiement de militaires sur le territoire national pour assurer des opérations internes de maintien de l’ordre public est totalement inédit.

Cet engagement des forces militaires armées à l’intérieur de nos propres frontières pose de nombreuses questions quant à la légalité d’une telle décision.

En outre, abandonner la lutte anti-terroriste pour se concentrer sur des casseurs en mage des Gilets jaunes est juste irresponsable. Le terrorisme, le vrai, menace toujours notre Nation.

En 2005, alors que nos collègues essuyaient des tirs d’armes à feu à balles réelles dans les cités, le gouvernement avait refusé d’engager l’armée à nos côtés dans les banlieues.

La Macronie déploie aujourd’hui l’armée pour quelques casseurs parfaitement identifiés qui bénéficient du laxisme d’une…

Voir l’article original 7 mots de plus

Le patronat français commence à déchanter…

conseil dans l'espérance du roi

Séduits par les promesses d’Emmanuel Macron avant son élection en 2017 puis confortés dans leur choix par les premières mesures économiques prises en leur faveur après qu’ils l’eurent porté au pouvoir, de nombreux chefs d’entreprise ne cachent plus aujourd’hui leurs doutes sur sa capacité réelle à réaliser les réformes qu’ils attendaient. Car les faits son têtus et il n’est pas sûr que les désirs du patronat soit en adéquation avec ceux du peuple français…

C’était leur champion. Celui dont ils disaient qu’il « cochait toutes les cases » et allait « enfin remettre le pays en ordre de marche ». Entendez surtout celui qui avait donné suffisamment de gages à la finance et aux puissants de l’économie pour que l’espérance des plus riches de pouvoir l’être davantage encore soit « enfin » satisfaite : moins d’impôts pour ceux qui s’y soustraient déjà largement, moins de contraintes administratives et financières pour les…

Voir l’article original 847 mots de plus